[Littérature] Mademoiselle Belle

L’homme lui tendit une enveloppe. « Alors, je crois que ceci est pour toi. » Teddy l’ouvrit avec anxiété. L’écriture était ample et gracieuse. Il eut du mal à la lire.

Cher Teddy
Frisky est pour toi. C’est ce que Jamie aurait voulu. —

La lettre n’était pas signée. Teddy la regarda fixement pendant un long moment jusqu’à ne plus la voir. Il attrapa le chien, l’attira contre lui et le serra le plus fort possible. Il trouverait bien une explication pour maman et papa.
Puis l’homme lui revint à l’esprit. Il releva la tête. Il regarda autour de lui, mais l’homme avait disparu, il ne voyait plus que l’allée, les arbres, l’herbe et le lac brillant dans le soleil du matin.

Longtemps remisées dans les tiroirs de la New-York Public Library, les premières nouvelles de Truman Capote sortent aujourd’hui de l’ombre sous la forme d’un recueil baptisé Mademoiselle Belle. Enfant du Sud, mal-aimé par sa mère, complexé par son physique et son timbre de voix si particulier, le jeune Truman se retrancha tôt dans l’écriture. Ces quatorze courtes histoires, écrites alors qu’il n’avait qu’une quinzaine d’année, permettent d’éclairer l’adolescent qu’il fut mais également entrevoir le grand écrivain qu’il deviendra à la fin des années 50. Nonobstant une certaine maladresse toute juvénile dans l’écriture (certains segments ont d’ailleurs fait l’objet d’une prudente réécriture), son regard cruel et compatissant qu’il posait déjà sur les laissés pour compte et les marginaux, qu’ils revêtent les traits d’une vieille femme au crépuscule de sa vie ou d’une jeune cleptomane, préfigurait la tonalité de son œuvre à venir. En outre, les personnages, comme autant de facettes de la personnalité de leur créateur, révèlent le vif intérêt qu’il portait pour la culpabilité, sentiment qu’il explorera plus avant avec son magnum opus, De Sang Froid.

À ces portraits d’âmes tourmentées, s’ajoute cet envoûtant parfum du Sud des États-Unis imprégnant certaines de ses nouvelles, cette beauté fatiguée d’une terre humide à la surface de laquelle serpente avec grâce la violence, l’aigreur et le chagrin.

En somme, un ouvrage qui, par sa nature et les qualités qu’il présente, se révèle essentiel à tout bibliophile et amateur de l’écrivain.

mademoiselle_belle_truman_capote

4 commentaires

    • Je connais un peu l’univers de Capote pour l’avoir étudié brièvement en cours, mais ce fut, avec ce recueil, ma première rencontre directe avec son écriture. J’aimerais bien lire son De Sang Froid, mais c’est un gros morceau, et pas sûr qu’il me sera possible d’avaler un tel monument littéraire avec le peu de temps libre dont je dispose.

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s