[Cinéma] Tunnel

Après avoir fait vivre à un commissaire de la criminelle une farfelue et néanmoins Hard day, le réalisateur sud-coréen Kim Seong-hoon projète d’en faire vivre plusieurs à un automobiliste qui, de manière fort spectaculaire, se retrouve enseveli sous le tunnel par lequel il ambitionnait rejoindre les siens pour fêter l’anniversaire de sa fille. Et si le pauvre Jeong-soon (Ha Jeong-woo, toujours remarquable de justesse) parvient immédiatement à contacter et avertir les services de secours, le bout du tunnel n’est pour autant pas encore proche.

Car, à la surface, point de Sly pour reconduire les captifs vers la lumière du jour. Évidemment, secouristes, journalistes et politiques s’affairent. Mais tandis que les uns voient leur maigres compétences se heurter à un plan vicié d’un édifice dont la récence ne le prive pas d’imperfections d’ordre structurelles, les autres cancanent autour du record mondial de survie en milieu confiné et relaient docilement la parole des membres du gouvernement, venus ici profiter de la formidable exposition médiatique pour reprendre des couleurs. Tunnel se mue alors en un Gouffre aux chimères sauce extrême-orientale, le réalisateur tirant parti de ce postulat pour fragiliser, avec la rafraîchissante énergie du second degré propre au cinéma sud-coréen, les fondations de ces institutions dont l’hypocrisie et l’avidité n’épargne pas même la femme de la victime (superbe Doona Bae), accessoirisée pour les besoins des flashs et des caméras avant d’être lamentablement rangée sur le bas-côté une fois les projecteurs éteints.

Dès lors, on se prend à envier l’otage des décombres, replié dans cette miraculeuse poche d’air l’abritant autant de sa propre mort que des agressions extérieures – la batterie de son téléphone cellulaire le contraint d’ailleurs à limiter ses prises de contact avec la surface. La nature, sans se montrer particulièrement généreuse à son égard, semble même l’avoir plutôt à la bonne, délivrant au compte goutte et au moment opportun les vivres nécessaires à sa survie. Un quotidien frugal fait d’actes de générosité désintéressée (le partage d’un peu d’eau avec une autre victime, d’un peu de gâteau avec un chien), soit l’antithèse de cette société capitaliste et individualiste que Jeong-soo s’échine tout de même à regagner. Ainsi, cette remise à plat des valeurs sociétales file tout droit vers la sortie de secours, Kim Seong-hoon, en bon maître d’oeuvre, faisant le choix de ne point trop entrer dans les détails et de suivre le cahier des charges édicté par le genre (soit du rythme, de l’émotion et de l’immersion) en sachant malgré tout contourner adroitement les débordements pyrotechniques et mélodramatiques de rigueur. C’est ce qu’on appelle « de la belle ouvrage ».

10 commentaires

  1. De la belle ouvrage ! Du point de vue solidité & normes de construction parasismique, je dirais pas ça 😉
    Basique & trop long ce tunnel pour ce qui me concerne .. J’aurais probablement bouffé le chien.
    ++

    J'aime

  2. Tunnel mal bâti pour un film rongé au vitriol, qui nous montre l’individu broyé par les mâchoires des intérêts financiers supérieurs. La part des médias dans ce grand cirque cynique n’est en reste. Comme tu l’as très bien écrit, on est ici à deux pas du gouffre aux chimères de Wilder (quoi qu’en dise l’ami Ronnie).

    J'aime

  3. Une réussite impressionnante qui prend le contre-pied parfait de toutes ces productions hollywoodiennes qui veulent en mettre plein la vue. Le film impressionne par sa capacité à évoquer l’humain dans la catastrophe. Sans compter l’aspect politique derrière qui fait froid dans le dos et entre en échos avec ce qui se passait au moment de la sortie du film en Corée du sud.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s